Décryptage

Comprendre la COP21

La France va accueillir du 30 novembre au 12 décembre 2015 plus de 40 000 participants, représentant 195 pays, afin de trouver ensemble, un accord qui permettra de limiter à 2°c l’augmentation de la température de la terre. Retour sur la COP, ses enjeux, et le rôle des réseaux de chaleur.

Comprendre la COP21
4 novembre 2015 Imprimer

COP21- De quoi s’agit-il?

L’importance des activités humaines dans le changement climatique n’est plus à prouver. Le dérèglement du climat a déjà des conséquences auxquelles sommes régulièrement confronté notamment avec l’augmentation des catastrophes naturelles.

Prenant conscience de l’importance de ces enjeux, les dirigeants mondiaux ont organisé, en 1992, le Sommet de la Terre à Rio Janeiro. C’est à cette occasion que les 196 pays présents ont reconnu pour la première fois l’existence du réchauffement climatique dû aux activités humaines. Afin d’agir ensemble pour limiter ce phénomène, les pays présents ont signé la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). 

La Conférence des parties (COP), découle de cette convention. Elle se réunit chaque année et chaque pays représenté doit s’engager sur des actions concrètes pour respecter les objectifs de lutte contre les changements climatiques. 

La COP doit normalement trouver un accord entre tous les pays à chaque rendez vous. Cette conférence a déjà porté ses fruits puisqu’elle a donnée lieu, en 1997, au protocole de Kyoto qui fixait notamment une quantité d’émissions de gaz à effet de serre à ne pas dépasser au cours de la première période 2008-2012.

Ce protocole était particulièrement contraignant pour les pays développés et un transition, mais devant l’urgence climatique, les parties devaient trouver un nouvel accord plus contraignant pour tous les pays à l’occasion de la COP15 qui s’est déroulée à Copenhague en 2009, mais cet accord a été repoussé à 2015.

Il est donc indispensable pour l’avenir de la planète que cette COP21 donne lieu à un accord fort.

COP21- Quels enjeux et où en sommes nous?

La France, qui assure la Présidence de cette COP, a un double rôle. Celui d’accueillir les participants au Bourget (pour cela la France a porté une attention particulière à la mise en place d’un site éco-responsable) ainsi que celui de faciliter les débats, c’est pourquoi la diplomatie française a multiplié les rencontres avec les différents pays membres.

Nouveauté de la COP21, chaque pays devait publier pour le 1er octobre 2015, sa contribution pour le climat présentant ses efforts nationaux.

A ce jour, 146 pays ont déposé leur contribution. Si cet effort est déjà remarquable, les scientifiques estiment cependant que les actions prises par les pays ne seront pas suffisantes pour limiter à 2°c l’augmentation de la température de la terre.

Autre objectif essentiel de cette COP21, assurer le financement de cette mobilisation mondiale. Le besoin de financement, notamment pour accompagner les pays en voie de développement à tenir leurs engagements est estimé à 100 milliards de dollars par an, de source publique et privée, à partir de 2020. La nécessité de ce financement, a été formulé lors de la conférence sur le climat de Copenhague en 2009, afin de permettre aux pays en développement de lutter contre le dérèglement climatique tout en favorisant un développement durable et juste. Au moment où nous rédigeons cet article, 65 milliards sont assurés et un engagement a été pris pour apporter 20 milliards supplémentaires.

Et les réseaux de chaleur dans tout ça?

Les différentes contribution nationales déjà rendues publiques misent quasiment toutes sur l’augmentation des énergies renouvelables et de récupération dans le mix énergétique des pays afin de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre tout en garantissant l’accès à l’énergie pour les pays en voie de développement. 

En effet, la consommation d’énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) est la principale source des émissions de gaz à effet de serre et cause des changements climatiques.

Tous les indicateurs signalent donc un fort développement des énergies renouvelables à horizon 2030.

Aujourd’hui les réseaux de chaleur représentent un vecteur essentiel d’énergies renouvelables puisqu’ils permettent à tout un quartier (ou une ville) de changer de source d’énergie et de passer à l’utilisation d’une énergie propre. 

Par ailleurs, la consommation d’énergie dans le bâtiment est principalement liée au chauffage, il semble d’autant plus important d’agir sur ce poste en particulier. Déjà reconnus par les pouvoir public comme atout à la transition énergétique, le secteur des réseaux de chaleur sera donc impliqué dans l’atteinte des objectifs mondiaux de réduction de gaz à effet de serre.

Découvrez le fonctionnement
des réseaux de chaleur
Choisir les réseaux de chaleur, c’est privilégier le confort, la stabilité des prix, la sécurité, l’environnement, l’emploi local,…