Au coeur de la transition énergétique

Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux

Au coeur de la transition énergétique

Depuis des années, la stratégie des acteurs des réseaux de chaleur visant à utiliser de plus en plus d’énergies renouvelables et de récupération a permis à cette solution de devenir une des clés de la transition énergétique de notre pays. Elle est aujourd’hui le moyen le plus écologique d’assurer à grande échelle le confort thermique des Français (chauffage et/ou climatisation).

5 fois plus de chaleur verte d’ici à 2030

De plus en plus nombreux et de plus en plus verts, les réseaux de chaleur sont devenus une priorité de la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte. Celle-ci fixe en effet un objectif de multiplication par cinq de la quantité de chaleur et de froid renouvelable et de récupération livrée par ces réseaux d’ici 2030. C’est la première fois que les réseaux de chaleur sont reconnus comme une composante à part entière de la politique énergétique de la France.

Un cadre mis en place pour atteindre les objectifs

La Programmation Pluriannuelle de l’Énergie1 – PPE –décline cette ambition nationale en fixant des objectifs pour 2018­-2023 pour les livraisons de chaleur et le froid verts par les réseaux : 1,35 Mtep en 2018 et entre 1,9 et 2,3 Mtep en 2023. Le Plan Climat-Air-Énergie Territorial (PCAET) constitue la transcription de cette vision nationale au niveau des territoires. En inscrivant les réseaux de chaleur dans leur politique énergétique, les collectivités ont une opportunité de développer une énergie locale, decarbonée et faiblement émettrice de polluants.

Un potentiel à la hauteur des ambitions

Une récente étude2 a évalué et cartographié pour l’ensemble des   collectivités de plus de 20 000 habitants le potentiel de développement   des réseaux de chaleur en France. Cette étude met en évidence les possibilités qu’ont les élus locaux d’accroître les livraisons de chaleur renouvelable grâce à la création, l’extension ou la densification des réseaux de chaleur.

Elle nous révèle que toutes les régions ont un énorme potentiel. Par exemple, l’Île-de-France, déjà bien « équipée », peut doubler la fourniture actuelle de chaleur délivrée alors que des régions comme la Nouvelle-Aquitaine ou PACA peuvent la multiplier par 17 et 35 !

1 arrêté du 24 avril 2016 et décret du 27 octobre 2016

2 Etude réalisée par le bureau d’études Setec Environnement pour le compte du SNCU – Syndicat   National du Chauffage Urbain et de la Climatisation Urbaine – en partenariat avec la FEDENE – Fédération des Services Energie Environnement.

Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux

@viaseva - 15 décembre 2017 Ademe. Quel plan pour la rénovation énergétique des bâtiments? #environnement #villedurable #energie… https://t.co/xBah1itaN1.
@viaseva - 15 décembre 2017 RT @AudreyComDD: #RRC17 #RRC2017 Intervention de @ViaSeva : en quoi le #reseaudechaleur est il un moyen de lutter contre la précarité éner… .
@viaseva - 14 décembre 2017 Sarreguemines (57). Le reseau de chaleur s'étend et passe au #bois, avec une baisse de facture à la clé https://t.co/94hg2yliF0.
@viaseva - 13 décembre 2017 RT @Kroline2405: Fonds de solidarité / audit, cartographie, verdissement / chèque chaleur et petits travaux ... quelques exemples d’actions… .
@viaseva - 13 décembre 2017 RT @AMORCE: LT #RRC17 atelier « #RéseauxdeChaleur, réseaux de #froid, boucles tempérées : quand les réseaux s’adaptent aux besoins des #bât… .
@viaseva - 13 décembre 2017 RT @AMORCE: LT #RRC17 plénière "#Collectivité, bureau d'étude, #opérateur, #abonnés et #usagers : participation des acteurs au déploiement… .

Comparez le prix et les émissions de CO2 de votre chauffage actuel avec un chauffage raccordé à un réseau de chaleur et découvrez l'énergie la plus avantageuse.

Sources : enquête annuelle du branche du SNCU et enquête Amorce sur le prix de la chaleur

Chauffage électrique

Facteur d’émission de gaz à effet de serre XXX g CO2/kWh
Coût global annuel XXX € /an

Raccordé à un réseau de chaleur...

  • Résau de chaleur > 50% EnR XXX g CO2/kWh
    Coût global annuel XXX € /an
  • Résau de chaleur moyen XXX g CO2/kWh
    Coût global annuel XXX € /an
  • Résau de chaleur < 50% EnR XXX g CO2/kWh
    Coût global annuel XXX € /an